Echos du Conseil communal du mois d’avril

 

ste2

bw1

vous pouvez retrouver mon intervention et mes remarques dans la partie « Brabant Wallon » , vous y trouverez l’intégralité de ce sujet.

 

 

gare Tubize II

gare Tubize Igare Tubize III

détenus radicalisés IttreSans titre

 

 

 

prison ittrer$Justice Nivelles

Débat sur la radicalisation au Parlement – Mes collègues et moi-même avions été informés il y a quelques semaines du projet du Ministre d’ouvrir une aile pour détenus radicalisés au sein de la Prion d’Ittre. Nous avons eu l’occasion d’interroger le Ministre cette semaine

presse - QO prison Ittre

Alter Egaux décembre 2015 

http://www.solsoc.be/sites/www.solsoc.be/IMG/pdf/solsoc_alter_egaux-11.pdf

Alter Egaux déc 2015

Alter Egaux déc 2015 - 2

 

http://www.solsoc.be/sites/www.solsoc.be/IMG/pdf/solsoc_alter_egaux-11.pdf

http://www.solsoc.be/sites/www.solsoc.be/IMG/pdf/solsoc_alter_egaux-11.pdf

Plusieurs Chefs d’Etats ont signé cette carte blanche en soutien à la population burundaise 

559e9ae73570c685853cbf7e

Face à l’entêtement du président Nkurunziza, le pire reste à craindre pour la population burundaise. Nous lançons un appel pour éviter que ce pays d’Afrique centrale tombe dans la tragédie.

Depuis le 25 avril, date de l’annonce officielle de la volonté du Président Pierre Nkurunziza de briguer un troisième mandat anticonstitutionnel, le pays est à feu et à sang. Nous exprimons notre forte préoccupation quant au nombre de victimes et aux cas de violations graves des droits humains, notamment attribuées aux forces de police, de sécurité et aux « Imbonerakure ». Des manifestations pacifiques ont été organisées et fortement réprimées par la police. A ce jour, les blessés se comptent par centaines, 1 000 personnes ont été arrêtées et environ 140 000 Burundais ont fui dans les pays voisins. Or, force est de constater que toutes les tentatives de médiation, qu’elles soient burundaises, africaines, européennes ou internationales, ont échoué.

Tout porte à croire que les élections présidentielles, prévues pour le 15 juillet prochain, seront organisées malgré la multiplication des mises en garde. Face à l’entêtement du Président et de son cercle proche, le pire reste à craindre pour la population burundaise.

Il faut à tout prix éviter que le pays se renferme sur lui-même, après la fuite à l’étranger de la population, des journalistes, des opposants politiques, des militants et des expatriés. L’Histoire est là pour nous rappeler qu’une telle situation peut avoir des conséquences très graves, surtout si la dimension ethnique devait ressurgir.

La dégradation de la situation politique, économique et sécuritaire du pays comporte des effets graves pour la population et des risques évidents pour la région toute entière.

Nous lançons ici un appel à la paix et au désarmement des milices, en particulier des jeunes « Imbonerakure » du CNDD-FDD, le parti au pouvoir. Nous lançons également un appel à la raison à l’attention de Pierre Nkurunziza, mais aussi de son entourage le plus proche.

Nous lançons un appel pour que le processus électoral soit libre, pacifique, transparent et équitable et se déroule dans le respect de toutes les libertés politiques, y compris la liberté d’expression. En aucun cas, les élections législatives et communales du 29 juin ne peuvent être validées car ces conditions n’ont pas été réunies.

De même, nous lançons un appel pour que les élections présidentielles soient reportées. Les conditions énoncées pour des élections libres et démocratiques ne sont actuellement pas réunies.

Nous plaidons pour une période de transition permettant un vrai dialogue. La proposition des pays de la région et de la communauté internationale pour une médiation doit être saisie. Des mesures restrictives ciblées doivent viser les personnes responsables de cette situation de crise. Les visas de ces personnes doivent être retirés et leurs avoirs, situés en Belgique et en Europe, gelés. Nous encourageons la Cour pénale internationale (CPI) à instruire les dossiers qui lui ont été soumis et à prendre les dispositions nécessaires pour poursuivre les responsables.

Quant à l’aide au développement, elle doit être réorientée pour bénéficier directement à la population burundaise, sans passer par des institutions ayant perdu leur légitimité. Il ne faut surtout pas laisser tomber la population civile.

En parallèle, nous préconisons la mise en place d’observateurs sous l’égide de l’Onu. Ces personnes, non armées, ne seraient pas envoyées en tant qu’observateurs des élections, mais bien en tant que témoins d’une situation de crise et accompagnateurs du processus de retour au calme. Les conditions favorables au retour des réfugiés doivent également être mises en place.

Nous réitérons l’appel au rétablissement de l’espace public, tant en matière de liberté d’expression que de liberté de la presse.

Une solution doit également être trouvée de toute urgence pour les manifestants emprisonnés abusivement, pour les victimes des violences policières et, enfin, pour les réfugiés. Nous exhortons également les autorités burundaises à faire la lumière sur les cas de violation des droits humains et à amener les responsables devant la justice.

L’objectif de notre appel est de permettre aux Burundais de retrouver, le plus rapidement possible, une vie normale, sans peur. Le pays pourra alors retrouver la voie de la réconciliation, sans laquelle il n’a pas d’avenir.

Le Burundi connaît actuellement un déni de démocratie avec une banalisation effrayante. Il ne faudrait pas constater, au retour des vacances, que des actes irréversibles ont été commis.

* André Flahaut (PS), Jean-Pascal Labille (PS), Guy Verhofstadt (Open VLD), Louis Michel (MR), Cécicle Kyenge, ancienne ministre italienne de l’Intégration.

Interview suite aux débats sur la reconnaissance du génocide arménien 

http://www.rtbf.be/video/detail_reconnaissance-du-genocide-armenien-la-proposition-de-resolution-votee?id=2028908

IMG_7880 (3)       safe_image

Articles de presse suite au vote sur la résolution de la majorité concernant la reconnaissance du génocide arménien

Le soir - génocide           article presse Sud Presse II

Un an après leur élection, le Journal Sud Presse analyse le travail des Députés fédéraux

classement des députés

Article de presse du jeudi 23 varil 2015 

media_xll_7656476

Les députés PS Ahmed Laoouej et Stéphane Crusnière ont invité jeudi par courrier la Cour des comptes à vérifier la base de l’impôt des personnes physiques qui a servi à calculer le financement des différentes entités du pays en vertu de la nouvelle loi spéciale.

Le ministre du Budget Hervé Jamar a indiqué jeudi que l’impôt sur les revenus 2014 retenu pour le calcul atteignait 42,794 milliards d’euros, un montant qui diffère de celui retenu pour le budget initial qui atteignait 45,951 milliards d’euros, soit un recul de 3,157 milliards d’euros. Les Régions wallonne et bruxelloise contestent cette situation alors qu’en vertu de leur autonomie financière elles perçoivent des centimes additionnels à concurrence de 25,9%. Le manque à gagner pour les entités fédérées atteint 750 millions d’euros. Les ministres-présidents wallon et bruxellois ont écrit il y a deux semaines au Premier ministre Charles Michel afin de connaître la méthode de calcul qui a permis d’aboutir à ce résultat mais ils n’ont pas obtenu de réponse à ca jour, a regretté Ahmed Laaouej qui interrogeait jeudi Hervé Jamar.Le ministre du Budget a expliqué que l’initial 2015 était basé sur les chiffres des revenus 2010 (exercice 2011) la réestimation ayant pris en compte les revenus 2013 (exercice 2014).

Lire aussi

Hervé Jamar a dit avoir constaté que « le Parlement wallon avait réalisé des travaux très intéressants » à ce sujet mais a assuré qu’il n’y avait « pas eu de manipulation ».Les chiffres ont été communiqués en temps voulu par les fonctionnaires compétents, a ajouté le ministre MR. Et le commissaire au plan Philippe Donnay a confirmé qu’ils étaient « en grande partie exacts », a-t-il précisé.

Enfin, M. Jamar a rappelé qu’il s’agissait d’avances de trésorerie et que les chiffres seraient recalculés en 2017.

« Nous sommes étonnés de cette différence si importante entre les deux estimations. De plus, il nous est pour le moment impossible d’obtenir les données précises et le modèle macroéconomique utilisés pour les méthodologies de calculs du gouvernement fédéral », écrivent jeudi les élus PS dans leur requête à la Cour des comptes. « Nous nous adressons à vous afin que vous puissiez vous pencher sur ces estimations et de nous donner vos propres estimations », précisent-ils.

TV Com a consacré son émission « Hebdolitique » au 6ème Thermomètre Solidaris « Comment vont les 18-30 ans »

Si vous souhaitez revoir l’émission, il vous suffit de cliquer sur ce lien: http://http://www.tvcom.be/index.php?option=com_content&view=article&id=14753:3-fevrier-2015&catid=231:hebdolitique&Itemid=496

Vous trouverez ci-joint deux articles qui relatent mon intervention auprès de la Ministre de la Mobilité à propos de l’état d’avancement des travaux RER

travaux RER

rer - 2

J’ai posé la question concernant les moyens mis à la disposition des agents chargés de maintenir l’ordre dans les palais de justice. Le Ministre nous a promis de l’amélioration. Affaire à suivre….

gilet

NON à la fermeture de la base aérienne de Beauvechain 

thumbnail (1)

Vous trouverez ci-joint différentes coupures de presse suite à mon intervention en séance plénière de ce jeudi 13 novembre

10632582_1566604683570176_2858513872205956168_n

10624730_1566603213570323_8261916537742043685_n

Mon intervention dans le journal Vers l’Avenir Brabant Wallon après une semaine chahutée au Parlement

thumbnail

La Capitale Brabant Wallon – Vendredi 10 octobre 2014

Sans titre2

Voici le lien pour revoir mon intervention sur TV Com

ab141009_oposition_wavre

http://www.tvcom.be/index.php?option=com_content&view=article&id=13966&Itemid=348

Vers l’Avenir Brabant Wallon – jeudi 9 octobre 2014

10671387_1551596781737633_3811321052099377567_n

Article dans l’Avenir BW – 03/10/2014

Capture du 2014-10-03 11:19:22

Article de la Capitale du 26 juillet 

http://www.lacapitale.be/1064459/article/2014-07-25/brabant-wallon-le-nouveau-depute-federal-stephane-crusniere-je-suis-un-travaille

L’Avenir – Brabant Wallon, 26/07/2014, page 1: Stéphane Crusnière prend l’ascenseur pour le fédéral

Stéphane Crusnière prend l’ascenseur pour le fédéral

http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=dmf20140725_00507010

Suppléant de Flahaut à la Chambre, Stéphane Crusnière décroche un siège de député. Le socialiste wavrien devrait très bientôt prêter serment.

Ariane BILTERYST

Discret mais omniprésent dans le rôle de directeur de cabinet d’André Flahaut (PS), président de la Chambre, ces quatre dernières années, Stéphane Crusnière sort de l’ombre de son mentor.

À 47 ans, habitué aux seconds rôles et de nature discrète, ce conseiller provincial et communal (Wavre) va enfin endosser un vrai rôle politique, même si ce sera sans doute dans l’opposition à l’échelon fédéral.

Malgré son attachement à André Flahaut, Stéphane Crusnière n’a pas réfléchi longtemps quant au chemin qu’il allait prendre lorsqu’il a su qu’André Flahaut était nommé ministre à la Communauté française. «Il n’y a jamais rien de sûr en politique. Quand André Flahaut m’a appelé pour me dire qu’il devenait ministre, il m’a directement félicité! Je ne me suis donc pas vraiment posé la question de savoir si je restais dans son cabinet ou si je devenais député. C’est un nouveau défi, ça ne se refuse pas. Mais je serai toujours là pour lui s’il a besoin de moi. J’ai quand même un petit pincement au cœur. J’ai énormément appris à tous les niveaux ces quatre dernières années. Je pense que ça me sera très utile face à cette coalition que je continuerai de qualifier kamikaze (NDLR: une coalition MR, Open-Vld, CD & V et N-VA)

Avec les «grands»de ce monde

Et Stéphane Crusnière d’évoquer deux événements marquants de la législature: «Tout a commencé avec les 540 jours sans gouvernement. Ça a été très intéressant du point de vue du travail réalisé à la présidence de la Chambre. Et puis il y a eu la prestation de serment du roi Philippe qui a aussi été une expérience inoubliable.»

Aux côtés du président de la Chambre, le Wavrien a vu défiler les «grands» de ce monde durant 4 ans. Une expérience qui a éveillé chez lui l’envie de s’occuper de relations extérieures. Député, il se penchera attentivement sur ces questions ainsi que sur les dossiers financiers qui restent sa spécialité.

Article du Soir du jeudi 23 mai 

LS_QUOTIDIEN_BRABANT_WALLON_20140522_015_015_4_01_20140522015IO2G7FIF.PS (1)

Article DH sur l’accueil des ainés – 23 mai 2014 

PDF

Article Vers l’avenir sur le logement – 23 mai 2014 

20140522_VA_BW_016_2 (1)

Interview de Stéphane Crusnière, premier suppléant sur la liste PS Brabant Wallon pour les élections fédérales

crusncap

Publicités