Missions parlementaires

26 ème session annuelle de l’Assemblée parlementaire de l’OSCE 

Vous trouverez ci-joint mon intervention sur le réchauffement climatique lors de l’Assemblée parlementaire de l’OSCE

19748545_1982198735344100_2397191289303253300_n.jpg

Je tiens tout d’abord à féliciter notre rapporteuse Marietta Tidei pour la qualité de la résolution qui nous est proposée aujourd’hui.

D’abord sur le choix du thème… ô combien d’actualité aujourd’hui à savoir la crise climatique et les problèmes qui lui sont liés, au nombre desquels la migration.

Souvenons-nous chacun s’était réjoui de l’Accord de Paris lors de la COP 21 en 2015, accord confirmé par la COP 22 l’année dernière à Marrakech.

Il convient donc maintenant à tous les Etats participant à ratifier l’Accord de Paris et à remplir les obligations que leur fait cet accord et à renforcer leurs contributions prévues et déterminées au niveau national.

Il est important que cette résolution rappelle cette obligation que certains n’hésitent pas aujourd’hui à remettre en cause!

Je pense en particulier au Président Américain Donald Trump qui, on le sait, a annoncé son intention de se retirer de l’accord de Paris.

J’ai d’ailleurs déposé un amendement regrettant ce retrait pour notre résolution.

En effet,  la lutte contre le changement climatique doit désormais être au cœur de notre agenda politique, et pour les années à venir.

Des groupes vulnérables – tels que les enfants, les pauvres, les personnes handicapées et les personnes âgées – sont ceux qui souffrent le plus des effets du changement climatique qui met leur maison, la santé, les moyens de subsistance et la sécurité alimentaire en situation de risque.

Les personnes vulnérables et les groupes humains dans tous les pays, à tous les niveaux de développement paient le prix fort de ces risques climatiques.

Les peuples dans les pays de tous niveaux de développement paient encore plus, ce qui entraîne la migration climatique.

Pour moi, dans ce combat  la solidarité est un élément vital.

Nous devons lutter pour l’égalité entre nations, entre les peuples, entre les sexes, les générations, et face aux opportunités.

Rien ne remet plus cet engagement en cause que le changement climatique.

Nous devons  faire, de la politique climatique une partie intégrante de notre lutte contre les injustices sociales, en Europe et dans le monde entier.

Je crois  sincèrement que cela peut constituer un objectif qui inspire et une forte incitation à innover dans le domaine des politiques publiques.

Il n’y a qu’à regarder les nombreuses initiatives prises sur le terrain, à tous les niveaux, qui montrent que nos citoyens sont prêts à relever le défi. Il ne faut pas les décevoir !

Dans la transition vers une économie à faible intensité de carbone, Il existe de nombreux secteurs d’activité pouvant bénéficier de cette transition si nous sommes assez courageux pour surmonter les considérations à court terme et pour miser sur une approche véritablement intégrée.

Les avantages sont beaucoup plus grands ; la santé des gens pourrait s’améliorer ; moins d’émissions, signifierait moins de problèmes respiratoires notamment pour les personnes âgées et les enfants qui sont plus fragiles face aux températures extrêmes.

L’action sur le climat permettra d’améliorer l’environnement et d’offrir aussi des opportunités pour le progrès social, réduire les inégalités et améliorer la santé et le bien-être.

Dans le monde occidental, nous avons profité de l’industrialisation et du développement intensif en carbone.

Mais cela n’a pas été sans conséquence pour la planète.

Nous n’avons qu’une seule planète et nous ne pouvons pas nous permettre de gaspiller en continuant sur la même voie de développement.

Alors que nous avons été les premiers à bénéficier des progrès technologiques – les effets se font sentir d’abord pour les pays en développement.

Par conséquent, il est maintenant temps que nous reconnaissions ce déséquilibre et que nous offrions un appui technologique et le renforcement des capacités financières d’adaptation au changement climatique et à se développer en suivant la voie des faibles émissions de carbone.

Partout dans le monde, nous devons investir dans les technologies vertes, éliminer progressivement les subventions aux combustibles fossiles, et mettre un prix approprié sur le carbone.

En échelonnant de nouveaux financements internationaux sur le climat de manière prévisible, c’est-à-dire en mettant la main au portefeuille, nous pourrons joindre le geste à la parole.

L’Europe doit rester un leader mondial pour assurer la mise en œuvre d’un accord et elle doit pousser ses partenaires à prendre des mesures ambitieuses sur le climat.

Si les programmes présentés par plus de 150 pays montrent jusqu’à présent, une dynamique grandissante dans ce sens, il reste du travail si nous voulons vraiment garder la hausse de la température moyenne mondiale en dessous de 2ºC au-dessus des niveaux préindustriels.

Cette résolution a donc aujourd’hui tout son sens.

Pour conclure, je pense que la résolution gagnerait également à faire référence à un autre grand accord, celui sur les objectifs du développement durable adoptés par les Nations Unies en septembre 2015.

Cet accord visait à mettre la planète sur une trajectoire de développement durable pour les 15 prochaines années.

Les Objectifs du Développement durable constituent un cadre complexe qui fusionne les dimensions économique, sociale et environnementale du développement durable, y compris les dispositions visant à mobiliser les ressources nécessaires au financement de la mise en œuvre.

Je rappelle par ailleurs qu’un des objectifs est entièrement consacré au changement climatique.

L’objectif 13 demande en effet, de prendre d’urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions.

Il serait cohérent d’y faire référence, c’est l’objet de mes deux autre amendements.

Je vous remercie pour votre soutien

 

Assemblée générale de l’Union interparlementaire au Bangladesh (du 1 au 5 Avril)

ima1

Mission d’observation Israël/Palestine

Assemblée parlementaire de l’OSCE 30 juin au 5 juillet 

J’ai participé durant deux jours à la Conférence des Organes Parlementaires Spécialisés dans les Affaires de l’Union des Parlements de l’Union Européenne à La Haye

Ck1KzfxWYAAv5NS.jpg

Lors de la Conférence AWEPA sur la lutte contre le terrorisme, j’ai présidé un atelier sur l’immigration

11148220_1690805954483381_3287478197616796609_n

Mission parlementaire en Palestine

11270645_875595952487508_5130731090891234448_o 11406299_874141935966243_7363202193157774144_o 11312613_875595985820838_2244492271483154253_o 11357120_875595959154174_1911162783572270017_o 11406138_874888715891565_8747161323494132738_o 11420995_875596049154165_4696906009664331047_o

Publicités